Immutines

header1 header2

Tout soluble, au bout d’un certain temps, finit immanquablement par se retrouver dans la mer.

Immutines™

Les rivières du monde déversent chaque année des milliards de tonnes de minéraux dans les océans et ceci depuis la nuit des temps. Les volcans sous-marins, sources chaudes et éruptions volcaniques sur la terre ont également ajouté des milliards de tonnes de substances. Quatre-vingt-dix pour cent de toute l'activité volcanique de la Terre se trouve dans les océans. En plus, l'eau de mer est une soupe biologique de substances organiques actives. La vie sur Terre est totalement dépendante de l'eau et l'eau compose 60% à 70% de toute la matière vivante. La surface de la Terre est recouverte à 71% par l'eau des océans.

Selon la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), 50% de toutes les espèces vivant sur Terre se trouvent dans la mer. En fait, la NOAA affirme que les océans représentent le plus grand habitat de notre planète, contenant 99% de l’espace vital de la planète. Couvrant près de trois quarts de la surface de la Terre, les océans sont les plus grands intercepteurs du vent solaire et des capteurs d'énergie solaire. La transduction est le transfert d'énergie d'une forme à une autre. Une méthode de transduction de l'énergie solaire dans les océans est la création de la matière organique grâce à la photosynthèse par le phytoplancton et les bactéries photosynthétiques marines. Cela peut être décrit comme la transmutation de l'énergie rayonnante dans matière. Le phytoplancton marin est si abondant qu'il est crédité de la fabrication de près de 50% de l'oxygène trouvé dans l'atmosphère.

En plus des composés qui sont des produits secondaires de la photosynthèse, les eaux des océans contiennent 89 éléments en quantités mesurables. Chaque élément qui se trouve dans la nature est présent dans la mer. Ainsi, une quantité énorme d'acide fulvique s’écoule de la terre à la mer également. Au total, on estime que les mers du monde contiennent jusqu'à cinquante quadrillion de tonnes (50,000,000,000,000,000) de solides dissous. Si ces minéraux dissous pouvaient être retirés de la mer et répandus séchés sur ​​la terre, ils recouvriraient toutes les surfaces terrestres de la planète avec une couche de minéraux d’une épaisseur de 150 mètres. On estime que l’acide fulvique est composé de plus de 50.000 composés organiques différents. En raison de sa complexité, personne ne connait tous ses composants. L'acide fulvique contient des fragments de composés organiques à longue chaine tels que de l'A.D.N, de l'A.R.N, des vitamines, des hormones et des enzymes dégradés au point qu'ils deviennent stables et persistent dans la nature pendant de longues périodes.

10 éléments les plus communs dans l'eau de mer

Oxygène
85,84%Soufre0,091%
Hydrogène10,82%Calcium0,04%
Chlorites1,94%Potassium0,04%
Sodium1,08%Brome0,0067%
Magnésium0.1292%Carbone0,0028%

La présence de phosphore permet la croissance du plancton photosynthétique (également connu sous le nom de phytoplancton). Ce plancton passe leur vie en présence de sodium, comme dans le chlorure de sodium. Pour éviter la pénétration de trop de sodium dans leurs cellules et inhiber leur fonction, il se protège avec un exsudat de mucopolysaccharidique nommé diméthylsulfoniopropionate (DMSP). Le DMSP a une fonction osmorégulateur, qui protège les cellules contre les variations de salinité et de température. Le DMSP produit par la Phytoplancton joue un rôle majeur dans la météo planétaire, le cycle du carbone et celui du soufre dans les mers. Le DMSP est de la nourriture pour le zooplancton. En d'autres termes le phytoplancton sont des plantes qui doivent leur vie à l’interception des photons de la lumière et à la transformation de cette énergie en hydrate de carbone et en protéines. Ils sont aux bases de la chaine alimentaire marine. La plupart du DMSP libéré dans l'eau de mer comme un sous-produit du cycle de vie du phytoplancton est immédiatement consommé par les bactéries et conservées dans la chaine alimentaire marine. Il fournit presque tout le soufre nécessaire à l'alimentation de ces microbes. Une beaucoup plus petite partie du DMSP est sollicité par une enzyme appelée DMSP-lyase produites par d'autres bactéries. L'action de cette enzyme produit également le composant volatile sulfure de diméthyle (DMS). Bien que les microbes marins métabolisent la plupart des DMS, chaque année, environ 50 millions de tonnes s’échappent sous forme gazeuse dans l'atmosphère, où il agit comme un agent de l'ensemencement des nuages. C'est cette activité d'ensemencement des nuages de DMS, dérivé du DMSP, qui rend le phytoplancton acteur majeur du climat planétaire. L'eau de la mer c’est un habitat majeur pour les microbes ; Nous commençons seulement à apprendre à leur sujet. Les seules bactéries qui peuvent être étudiés sont celles qui peuvent être élevées en laboratoire et les bactéries marines y sont notoirement difficiles à cultiver. Seules quelques variété ont été cultivées avec succès et largement étudié.

En résumé, nous pouvons conclure que la vaste teneur en minéraux et les composés organiques nombreux présents dans l'eau de la mer est un potpourri d'une complexité considérable. Ce n'est pas seulement de l'eau salée. Le fluide qui couvre près des trois quarts de notre planète est le domicile de majorité de la vie sur terre, et c'est cette activité de la vie des mers qui rend la vie sur terre possible.

Les effets constants de climat : congélation, décongélation, les précipitations et l'érosion combinée avec la mauvaise conduite des terres par les hommes et l'augmentation des pluies acides, provoque la solubilisation des minéraux à la surface de la terre. Ces solutions minérales rejoignent les ruisseaux et les rivières et se jettent ensuite dans la mer. Ces minéraux sont la clé de la santé et il est parfaitement logique de les restituer aux sols, animaux et hommes.

Après la Seconde Guerre mondiale, avec une population mondiale toujours croissante et donc avec moins de terres agricoles, un nouveau paradigme agricole a régi le monde. Ce nouveau paradigme était fondé sur l'utilisation d'engrais, de nouveaux hybrides et de produits chimiques pour protéger les plantes contre les mauvaises herbes, les ravageurs et les maladies. Ce fonctionnement a produit des plantes plus faibles et des récoltes qui contiennent les plus bas niveaux de minéraux et de vitamines jamais vus depuis l'introduction de ces nouvelles méthodes. L’épandage d’excréments animaux est comme une l'injection de nitrate d'ammoniaque liquide dans les terre qui tue les vers de terre. Les vers de terre font que les minéraux sont plus bio-disponibles. Roundup (glyphosate) est un agent chélateur très fort qui séquestre les minéraux et peut les bloquer indéfiniment. Les minéraux sont nécessaires pour tous les processus métaboliques. Une sous-alimentation Minérale provoque des maladies auto-immunes dégénératives. Le faible niveau de minéraux dans notre alimentation est alarmant. Les faits ne mentent pas! http://www.nutritionsecurity.org

Recherche sur l’eau de mer concentrée

Le Dr. René Quinton, médecin français, biologiste, biochimiste et physiologiste a observé que l'eau de mer a des similitudes remarquables avec le plasma sanguin. En 1904, le Dr Quinton a publié le livre "L’Eau de mer medium organique" dans lequel il décrit ses recherches sur la relation entre le plasma sanguin et l'eau salée. Il a fait des expériences avec des chiens en enlevant la plupart de leur sang et de le remplaçant avec de l'extrait d'eau de mer. Non seulement les chiens survirèrent, mais ils restèrent dans un état de santé excellent. Dr Quinton a continué à développer une forme injectable de l'eau de mer qui a été utilisé comme un remplacement pour le plasma sanguin au cours de la Première Guerre mondiale, sauvé des milliers de vies avec l'eau de mer purifiée.

Dr Maynard Murray, médecin et chercheur, était pionnier de l'utilisation de l'eau de mer et concentrât pour l'agriculture. Depuis la fin des années 1930 et jusqu'à sa mort en 1983, il a effectué des essais bien documentés avec des plantes et des animaux. «Ma recherche indique clairement la raison pour laquelle les Américains manquent généralement d’une chimie physiologique complète, c'est que les éléments essentiels du sol sont érodé vers la mer ; Par conséquent, les récoltes sont pauvres en éléments nutritifs, et les animaux qui mangent ces plantes sont donc également pauvres en éléments nutritifs. Nous devons changer la façon dont nous cultivons nos aliments, la façon dont nous protégeons nos plantes contre les ravageurs et les maladies, et la façon dont nous traitons notre nourriture. "~ Dr Maynard Murray

Partant des travaux du Dr Maynard Murray, guidée par un test de mesure de bio-activité (production de CO2), le but était d’extraire les principes bioactifs et oligo-éléments de l’eau de mer, tous en rejetant l’eau et le Chlorure de sodium.
Grâce à cette recherche l’extrait d'eau de mer ; Concentré bioactif d’eau de mer, chargé en éléments trace et pauvre en sel ; est devenu rentable pour les applications agricoles à grande échelle.

Des mesures de bio activité ont montré que si l'extrait était totalement déshydraté, une grande partie de l'activité biologique était perdu. Des tests plus avancés ont révélé que si l'extrait a été séché dans une atmosphère oxydant, à une température suffisante pour bruler tout le carbone contenu, le concentrât de minéraux résultant avait peu de bio activité observable dans les même conditions que précédemment. Les techniques de filtration humide utilisée sont la seule garantie d'un produit actif et stable.

À la suite de ces expériences, une hypothèse de travail a été élaborée. Il a été postulé que les substances organiques actives dans l'eau de mer, en collaboration avec les oligoéléments abondants, étaient responsables pour la bio activité observée lorsque l'extrait a été utilisé comme un stimulant pour les plantes plante et le sol. Le brevet fut déposé en 2007, l’eau de mer concentrée produite avec la méthode originelle, garantissant un haut niveau en éléments bioactifs et oligo-éléments et un taux très faible en chlorure de sodium.

Comment fonctionne l'eau de mer concentrée?

Dr Maynard Murray a constaté que l'eau de mer concentrée amélioré le rendement et la qualité pour toutes les cultures sur lesquelles il a été utilisé. En outre, lorsque les récoltes étaient aliments pour les poulets, cochons et bovins, ils atteignent la maturité beaucoup plus tôt que les animaux groupes témoins nourris de cultures élevés de façon conventionnelle. Ils étaient également beaucoup plus sains et résistants aux maladies que les groupes témoins. Notre eau de mer concentrée a donné les mêmes types de résultats que ceux que le Dr Murray a atteints, mais seulement avec quelques litres par hectare. Les bovins au pâturage qui ont été traités avec l'eau de mer concentrée ou recevant du foin fabriqué à partir de l'eau de mer concentrée, ont répondu de la même manière que ceux des essais du Dr Murray. En raison du fait que, dans notre produit la teneur en chlorure de sodium est réduite de 95%, il peut être favorablement distribué aux animaux dans leur eau de boisson ou sur leur alimentation.

La compréhension du fonctionnement complet n’est pas totalement connue ; Cependant quelques hypothèses sont envisagées:

  1. La fourniture de tous les éléments bio-disponibles pour les cofacteurs minéraux, permet une augmentation de la formation des enzymes par les plantes, les bactéries du sol, les champignons et toute la micro-faune du sol. Depuis le maillon le plus microscopique, toute la chaine alimentaire de la macro faune ; Vers de terre, oiseaux, mammifères… en profitent. Les enzymes sont utilisées par des bactéries qui composent les systèmes digestifs des plantes et des animaux, qu’elles soient internes, comme celles de notre intestin, ou externes comme celles des plantes, des mycoses et des bactéries.
  2. Le système "antenne" d'une plante qui recueille l'énergie solaire est constituée de plusieurs centaines de molécules pigment. L’augmentation de la production d’enzymes augmente la production de pigment végétal. Ceci conduit à une plus grande capacité de photosynthèse et de transfert d’énergie solaire pour la production d’ATP*, et d’exsudats sucrés pour les poils racinaires vers les entités symbiotiques de la rhizosphère.
  3. Augmentation des hormones de croissance telles que l'auxine et molécules messagères comme les cytokines. Les plantes qui ont été traités avec l'eau de mer concentrée développent souvent des systèmes racinaires qui sont 20% à 30% supérieure à celle des témoins non traités. L'auxine est une hormone de croissance qui est fabriqué dans les usines solaires dans la partie haute de la plante. Les cytokines sont des phytohormones, qui promeuvent la division cellulaire (cytokinèse) dans les racines des plantes et dans leurs pousses, elles sont responsables de création des nouvelles racines. Les Cytokines agissent en synergie avec l'auxine.
  4. L’augmentation de la production des métabolites de toutes sortes dans la partie haute de la plante mène également à une augmentation des exsudats racinaires dans la rhizosphère ce qui signifie plus de nourriture pour une population accrue des auxiliaires de la microflore comme les bactéries fixatrices d'azote. Ces bactéries fixatrices d'azote dans la rhizosphère de la plante ont la tendance à fournir plus de l'azote disponible durant les stades de croissance, quand la plante en a le plus besoin.

Ces hypothèses sont amenées à évoluer à mesure que nous acquerrons plus de connaissances.

*ATP ou adénosine triphosphate est un coenzyme utilisé comme vecteur d'énergie dans les cellules de tous les organismes connus

Densité nutritionnelle

" Principalement en raison des découvertes faites dans l'élevage à grande échelle de bovins, de porcs et de poulets, nous avons appris que les oligo-éléments sont parmi les éléments les plus importants d'une bonne santé — et même la vie elle-même. Une complémentation de 72 à 84 oligo-éléments est indispensable pour une santé optimale." ~ Jon Barron chercheur nutritionnelle.

Les sols ont des teneurs en éléments nutritifs minéraux trace très variables. Saisons après saisons, les sols cultivés se délestent petit à petit de leurs minéraux. Les productions agricoles qui ne restent pas dans l’exploitation exportent également ces minéraux. C'est une sorte d'exploitation minière qui conduit à l’appauvrissement et à l’usure des sols.

Il est encore possible stimuler les plantes pour qu’elles poussent dans ces sols, par l'ajout d'azote, de phosphore et de potassium, avec les engrais (NPK) ; mais la valeur nutritionnelle de ces plantes sera aussi incomplète que les sols où ils sont cultivés. L'USDA (United States Department of Agriculture) a montré que le niveau des oligo-éléments minéraux et les éléments ultra-traces des sols appauvris américains à subi une baisse prononcée.

L'USDA a conséquemment documenté que la teneur en minéraux des cultures vivrières et fourragères issus de ces sols, a également subi une baisse sévère. Par exemple, selon les statistiques de l'USDA compilé de 1914 à 1992, sur une période de 80 ans, la teneur en minéraux de la pomme moyenne a diminué considérablement. Comme le montrent les données dans le tableau suivant, sur cette période, le Calcium a diminué de 48 %, le Phosphore de 85%, le fer de 96 %, le magnésium de 83 % et le potassium de 2%.

80 Années de déclin dans la teneur en minéraux d'une pomme moyenne

Minéraux
1914
1963
1992
% de baisse
Calcium
13,5 mg
7,0 mg
7,0 mg
48,5 %
Phosphore
45,2 mg
10,0 mg
7,0 mg
84.51 %
Fer
4,6 mg
0,3 mg
0,18 mg
96.09 %
Potassium
117,0 mg
110,0 mg
115,0 mg
1.71 %
Magnésium
28,9 mg
8,0 mg
5,0 mg
82,70 %

Le lien Web (ici) montre la diminution de la teneur en minéraux dans la viande et les légumes, et un lien statistique direct avec diverses maladies.

Radicaux libres et densité nutritionnelle

ORAC : est l'acronyme pour Oxygen Radical Absorbance Capacity. Il quantifie l'activité antioxydante

Texte suivant est écrit par le docteur E. van den ver, de ORAC Europe, pour Hak Agro feed. Il décrit l'importance des antioxydants pour la santé animale et végétale, leur place dans la nutrition humaine et certains résultats de tests.

Antioxydants et radicaux libres
Les antioxydants sont des molécules qui sont capables de protéger le corps humain contre ce que l’on appelle les « radicaux libres » et autres composés nocifs qui sont libérées dans le corps à la suite de réactions d'oxydation. Les radicaux libres sont des métabolites de l'oxygène très réactive qui, lorsque les produits en quantités excessives, peuvent causer des dommages aux tissus et organes. Des radicaux libres courant sont par exemple l’anion de superoxyde (O2-), le radical hydroxyle (·OH) et le lipide radical peroxyl (ROO·).
Les antioxydants sont capables de neutraliser les radicaux libres en neutralisant l'électron non apparié qui rend les radicaux libres si réactifs. La recherche scientifique a montré que les antioxydants peuvent jouer un rôle protecteur dans un certain nombre de maladies dans lequel le stress oxydatif et les radicaux libres sont impliqués ; par exemple les maladies cardiovasculaires et neuro-dégénératives.
Chez les humains, les antioxydants peuvent provenir de sources externes (nourriture) mais aussi être produites de façon endogène. Les exemples connus d'antioxydants provenant des aliments sont des vitamines comme l'acide ascorbique (vitamine C) et l’α-tocophérol (vitamine E), un certain nombre de composés d'origine végétale possèdent également de solides capacités antioxydantes. Un groupe important de molécules bioactives, montrant des capacités antioxydantes puissantes sont des constituants végétaux tels que les anthocyanes (pigments végétaux), les caroténoïdes et les polyphénols (flavonoïdes, notamment) issus de fruits et légumes et les antioxydants liposolubles issus des huiles végétales.
Les plantes sont capables de produire une grande quantité de molécules très diverses. En plus des molécules provenant du métabolisme primaire qui servent principalement aux processus tels que l’assimilation du CO2, l’échange d’énergie et la croissance, les plantes contiennent de nombreuses autres molécules qui sont des produits du métabolisme secondaire. Ces métabolites secondaires sont tous plus ou moins produits pour protéger et maintenir la plante elle-même. Certaines molécules repoussent les prédateurs comme les insectes et les herbivores, tandis que d'autres, attirent les insectes qui sont importantes pour la pollinisation. Les quantités de métabolites secondaires au sein d'une même plante sont très variables et dépendent fortement de toutes sortes de facteurs (environnementaux). Ainsi, les plantes qui sont attaquées par des insectes ou des champignons contiennent des concentrations plus élevées de molécules de protection que les plantes qui sont exemptes d'attaques. Des facteurs externes tels que les conditions de sol, l’hydrologie et les conditions d’ensoleillement peuvent provoquer des différences significatives dans les concentrations de métabolites, notamment secondaires. En outre, dans les secteurs commercialement importants comme celui des fruits & légumes, les cultivars et variétés spécifiques également jouent un rôle important.

Antioxydants d'origine végétale
Les plantes peuvent produire une grande variété de molécules antioxydantes. Les Anthocyanes et pigments responsables de nombreuses couleurs vives des fruits et des fleurs, offrent une protection aux végétaux contre les radicaux libres provenant du stress oxydatif ou de l'exposition aux rayons UV.
Les Flavonoïdes forment un autre groupe important de molécules qui possèdent une forte capacité antioxydante et qui sont ainsi en mesure de protéger la plante contre toutes sortes de processus d'oxydation potentiellement nuisibles. Parce que de nombreux antioxydants appartiennent aussi aux métabolites secondaires des plantes, les dosages de ces molécules dans les plantes peuvent également significativement fluctuer selon les espèces végétales et des conditions environnementales. Les concentrations d'antioxydants végétaux dépendent également fortement du stade de développement de la plante.
Le fait que les plantes peuvent réagir aux menaces extérieures en produisant des molécules de protection, peut très bien expliquer certaines des observations récentes faites par plusieurs groupes d'étude scientifiques qui travaillent sur la qualité des fruits et légumes issus de l’agriculture biologique. Dans des communiqués de presse, relégués par les dirigeants européens de ces groupes de travail, il est montré que les cultures issues de l’agriculture biologiques montrent des niveaux plus élevés d'antioxydants que celles cultivées conventionnellement. Il a été démontré que tomates, blé, pommes de terre, choux et oignons contiennent 20 à 40 % d'antioxydants en plus quand elles sont issues de l’agriculture biologique. Ils ont également montré qu’en moyenne, le lait issu de l’agriculture biologique contient environ 60 % d’antioxydants en plus, parmi lesquels 50 % de vitamine E et 75 % de β-carotène en plus. Ces résultats semblent confirmer l'idée que les plantes ne produisent en fait pas toutes sortes de composants systématiquement, mais que ces métabolites jouent un rôle essentiel dans la stratégie de survie de la plante. Après tout, dans l'agriculture biologique, l’absence ou la très faible utilisation de pesticides peut donner aux insectes et aux champignons une plus grande chance d’attaquer ces plantes. Cela conduit à des niveaux de stress plus élevées chez ces plantes, qui par conséquent doivent produire des concentrations plus élevées de molécules protectrice pour maintenir leur intégrité.
Ainsi, en exposant les plantes à des niveaux de stress accru, elles sont stimulées pour produire des quantités plus élevées de métabolites secondaires, produisant ainsi des concentrations plus élevées d'antioxydants.

Effet du Immutines sur la capacité antioxydante de concombres

Trois études, ont cherché à montrer les effets de l’addition d'Immutines à l'eau durant la croissance de concombres. Plusieurs séries de concombres, enracinés sur laine de roche et cultivées en serre ont reçu des concentrations différentes d’Immutines dilué dans la solution nutritive (0,5, 1, 1,5, 3 en 4 ml/m2/semaine, respectivement).
A partir des données reçues de la société maraîchère, il est apparu qu'à la récolte, le poids moyen des concombres ayant reçu Immutines était légèrement supérieure à celui des concombres témoins (concombres non traitées).
En outre, une analyse minérale a montré que les concombres ayant reçu Immutines absorbaient 9 à 20 % de plus du mélange minéral administré, par rapport aux concombres témoins.

En utilisant la méthode ORAC (Oxygen Radical Absorbance Capacity) normalisée et validée, la capacité antioxydante des concombres traités avec Immutines a été déterminée et comparée à celui des concombres de contrôle (concombres non traitées).
(Voir également les rapports de l'Europe ORAC de septembre 2008, mai 2009 et juillet 2009.)

A partir des résultats obtenus par ORAC Europe BV, par dosages de la capacité antioxydante, on peut tirer les conclusions suivantes :

Pouvoir antioxydant :

· La capacité antioxydante de concombres traités avec Immutines (exprimée en valeur d'ORAC hydrophile) était de 29 à 37 % de plus que la capacité antioxydante de concombres témoins.
· Il semble que l'ajout d’Immutines à l'eau pendant la croissance peut conduire à une plus forte concentration d'antioxydants ou à plus de molécules ayant un effet antioxydant dans ces concombres, ce qui aboutit à une plus grande valeur ORAC (par unité de poids).
Toutefois, aucun effet de corrélation entre les concentration d’Immutines administré n’ont été détectés. Les augmentations mesurées du pouvoir antioxydant sur les plantes ayant reçu Immutines à des concentrations de 0,5, 1, 1,5, 3 en 4 ml/m2/semaine, ont été de 8,7 %, 36,6 %, 33,3 %, 37 % et 29,7 %, respectivement.
L'augmentation de la capacité antioxydante semble déjà atteindre un niveau maximum après administration d'une concentration de Immutines de 1 ml/m2/semaine (et plus). L’augmentation de la concentration d’Immutines ne conduisant probablement pas à une nouvelle augmentation en capacité antioxydante.

Détermination du poids sec :

La matière sèche obtenue par lyophilisation des concombres traités avec Immutines (concentrations de 3 ml/m2/semaine et 4 ml/m2/semaine) a été respectivement de 4,2 % et 7,1 % de plus que le poids sec des concombres témoins. (Aucun poids sec n’a été déterminé pour les concombres ayant reçu 1 et 1,5 ml/m2/semaine d’Immutines).
Les données expérimentales de l'ORAC Europe BV des analyses effectuées, sont décrites dans les rapports de test ORAC Europe 20080923, 20090604 et 20090703.

Les avantages

Il y a beaucoup de raisons d'utiliser l’eau de mer concentrée en agriculture. Parmi ces raisons, il y a le rendement accru à la récolte, l’ameublissement du sol, l’augmentation de la microflore du sol, une meilleure tolérance à la sécheresse, une augmentation de densité nutritionnelle (tels que les vitamines et minéraux qui concourent à une meilleure saveur, une meilleure qualité et la santé du consommateur), qui améliorent la santé des plantes lui apportent une vigueur qui les rendent plus résistantes aux insectes et maladies. Que ce soient ces recherches ou celles du Dr Murray, toutes montrent également une augmentation du poids.

% de matières sèchesTémoinsTraités% D'augmentation
Oignons (bulbes)
13,6
14,2 %
4,4 %
Avoine
87,7
87,8 %
0,1 %
Patates douces
28,8
31,2 %
8,3 %
Tomates
4.8
5,7 %
18,7 %
Fèves de soja
73,9
84,7 %
14,6 %

Sea Energy Agriculture

L’augmentation du poids de matière sèche provient des minéraux additionnels absorbés par la plante, mais aussi d’une teneur plus élevée en métabolites tels que les hydrates de carbone, les vitamines, les hormones végétales et les protéines. Tous ces éléments sont bénéfiques pour la croissance des plantes et de la lutte contre les maladies. Pour un agriculteur qui vend ses récoltes, mise à part le gain de poids, ces considérations nutritionnelles pourrait-être secondaire. Il n’en va pas de même pour les consommateurs de ces productions agricoles, animaux et humains.
Au fil des ans une multitude de tests ont été réalisés avec Immutines qui donnent toujours des rendements et des taux de matière sèche supérieurs. Compte tenu du faible dosage par hectare, nous pouvons dire que c'est un nutriment extrêmement puissant et très peu coûteux. Malgré un faible dosage, Immutines permet bioactivité inexplicable.
Voir aussi le chapitre sur les bénéfices d’Immutines en productions animales.

Terminologie

L'eau de mer concentrée nord américaine Immutines, est certifiée par le Washington State Department of Agriculture (WSDA) comme aliments du bétail.

Immutines a été certifiée GMP (Good Manufacturing practices) ou BPF en français (Bonnes pratiques de fabrication). L'UE considère l'eau de mer concentré n’est pas un aliment du bétail. Il peut être utilisé sans limites en agriculture et horticulture.

Dans le cadre de la certification GMP, chaque lot produit est analysé pour la détection des métaux lourds et des dioxines. Immutines a montré son innocuité dans l’environnement des hommes, des animaux de compagnie et du bétail . Jusqu'ici, toutes les espèces animales et végétales testés, sans exception, ont tiré des bénéfices de l'application de l’eau de mer concentrée Immutines.

Immutines est très polyvalent et peut être utilisé de multiples façons. Certains gros producteurs de maïs ou soja ont de bons résultats avec une seule application chaque saison. L’apport peut avoir lieu soit dans le sillon du semis, lors de la plantation, ou après la levée, lorsque les plantes sont 15 à 20 cm de haut.

Certains agriculteurs produisant des cultures de grande valeur, utilisent Immutines en pulvérisation foliaire toutes les deux semaines. Les essais en trempage racinaire ou enrobage de semences ont donné de bons résultats même lorsque aucun autre apport n’a été effectué ensuite.

Ci-après, les procédures qui donnent les meilleurs résultats pour une utilisation générale.

Extrait de l'eau de mer de Immutines peut-être être utilisé sur toutes les cultures alimentaires et non alimentaires. Il peut être appliqué directement sur le sol, les racines ou en pulvérisation foliaire.

IMMUTINES et SEA-CROP sont un seul et même produit. Ce site utilise les deux noms.

Mode d'emploi

Dilution : Immutines doit être dilué avant application.

Concentration : Utiliser à une concentration de 1 à 2 %

  • Un litre pour 49 litre d'eau équivaut à une solution à 2 %.
  • Une c. à soupe de Immutines par ¾ de litre d'eau équivaut à une solution à 2 %.

Traitement du sol : Immutines dilué peut être utilisé en arrosage du sol.

Utiliser un minimum de 3 applications par saison à des intervalles de 3 semaines à partir de semis, repiquage ou après la levée.

Une bonne alternative est de faire une application au sol suivie par deux applications foliaires après levée.

Pulvérisation foliaire :

Immutines dilué est utilisable en pulvérisation foliaire. effectuer 3 applications au minimum par saison, toutes les trois semaines.

Dosages annuels par hectare

Produits du jardin :

  • Appliquer 35 litres par hectare.

Cultures en lignes :

  • Appliquer de 17 à 35 litres par hectare.

Arbres et vergers :

  • Arbres de taille moyenne; 90 cm à 1,8 m : 100 ml par arbre, ne pas dépasser 100 litres par hectare.
  • Grands arbres; 1,8 m à 3,6 m : utilisation 150 ml par arbre, ne pas dépasser 100 litres par hectare.

Pelouses et gazon :

  • Appliquer de 17 à 35 litres par hectare.

Sécurité :

  • Utilisez Immutines comme vous utiliseriez tout fumier agricole ou en éléments nutritifs.
  • Pour de meilleurs résultats, ne mélangez jamais Immutine avec des engrais synthétiques, insecticides ou herbicides.

Graines & végétaux trempage :

  • Immutines peut être utilisé comme un traitement de semences & plantes. Faire tremper les graines ou plantes dans une solution de concentration de 2 % pendant 1 heure, juste avant le semis ou la plantation. Cela se traduira par une meilleur germination et une croissance supérieure.

Cultures hydroponiques :

  • Piments doux ou poivrons, concombres, tomates et fleurs de 2 à 5 ml par m2 et par semaine

Cultures en pot : deux fois avant la floraison et 1 fois en début de floraison avant la vente

  • Orchidées (Phalenopsus) dans des pots de 2 litres : 0.5 ml
  • Orchidées (Dendrepodium) (Phalenopsus) dans des pots de 10 à 25 litres : 2,5 à 15 ml

Animaux : Immutines peut être utilisé comme complément alimentaire.

  • Ajouter à l’eau de boisson, au mash humide ou aux aliments solides.
  • Le dosage est de 0,02 à 0,05 ml par kilogramme de poids corporel / jour, soit 1/5 à 1 / 2 cuillère à café par 45 kg.
  • Dans l’eau de boisson : 200 ml pour 1000 litres d'eau potable.