Immutines

Recherche

Essais en plein champs à l'Université de Louisiane sur un sol infesté de nématodes

tableau 1

tableau 1

En 2007, un essai en plein champs à l'Université de Louisiane à Bâton-Rouge et parrainé par Cal-Agri Products, a été réalisée par le Dr. Edward Mc Gawleysur sur du maïs, donne les résultats suivants. Deux parcelles d'essai ont été traitées lors de la plantation avec une seule application de Sea-Crop/Immutines ; Une parcelle recevait 18 litres par hectare et la seconde 36 litres par hectare. Par rapport à une parcelle de test témoin non traitée, les parcelles traitées permis des récoltes de 58,15 % et 94,49 % supérieures.
En 2008, Cal-Agri Products reconduisit des essais de terrain à l’université de Louisiane à Bâton-Rouge avec le Dr Mc Gawley. Dans ces essais, Sea-Crop/Immutines a été utilisé en mouillage sur des greffons au taux de dilution d'une partie pour cinquante (2 %).
Le traitement a donné des augmentations suivantes en fruits commercialisables, tableau 1 ci-dessous.
Sur tous les tests réalisés à l’université le sol a été inoculé avec les nématodes avant ou au moment de la plantation.

Sea-Crop® and Immutines™ sont un seul et même produit.

Essais sur le terrain par le Collé Agriculture 2012

Ferme de County Line, essais hiver 2012

Sea-Crop ® et Immutines ™ sont un seul et même produit et sont mentionnés ici comme Sea-Crop/Immutines

Au début de 2012, Collé Agriculture a effectué des tests dans une ferme privée convertie à l’agriculture biologique en Californie du Sud. Les tests documentent les performances de Sea-Crop/Immutines dans des conditions biologiques de croissances.

Un objectif était de déterminer si les rendements augmentent quand la seule variable est l'ajout de Sea-Crop/Immutines ; un second était de déterminer si les produits cultivés dans des conditions commerciales et traités avec Sea-Crop/Immutines ont une valeur nutritionnelle supérieure.

Les essais ont été réalisés sur des pousses et des jeunes plants de betteraves, carottes, chou-fleur, fenouil, épinards et bettes à carde. Ces cultures ont été réalisés en champs fertilisés avec de la poudre de poisson hydrolysée, du fumier de volaille et amendements minéraux.

Une portion de chaque culture a été traitée par Sea-Crop/Immutines en plus de la fertilisation normale. Au total, trois applications ont été réalisées ; un en traitement de sol et deux en pulvérisation foliaires ; pour un total de 38 litres par hectare. La plus grande surface de chaque essai, non traitée, a servi de contrôle.

Comme il ressort du tableau 1, les rendements ont augmenté de façon significative.

Tableau 1 Ferme de County Line, essais hiver 2012

Tableau 1 Ferme de County Line, essais hiver 2012

La totalité des cultures de chou-fleur et épinards ont servi à l’essai. Pour le reste, seuls les légumes commercialisables après calibrage ont été utilisés.

Le tableau 2, montre la teneur en matière sèche comparative des mêmes lots en % par rapport au témoin. La matière sèche représente tout ce que contient le végétal, sauf l’eau. Elle comprend les protéines, fibres, matières grasses, minéraux, glucides, etc.

Tableau 2 Ferme de County Line, essais hiver 2012

Variation en pourcentage de matière sèche par rapport au contrôle

Cultures plantées
3 possibilités d'utilisation
% augmentation
Betteraves
+5.97
Carottes
-0,95
Chou-fleur
+12.02
Fenouil
+2.82
Épinards
+1.42
Bette à carde
+55.21
Moyenne pour les 6 espèces
+12.72

L’augmentation du taux matières sèches est corrélé avec une saveur améliorée, une meilleure conservation et une plus grande densité nutritionnelle.

Le degré Brix (°B) est une mesure de la teneur en sucre d'une solution aqueuse. Pendant l’essai, les mesures sur les cultures ont été prises avec un appareil optique appelé réfractomètre Brix. En plus de la teneur en sucre, les lectures de Brix optiques englobent tout ce qui est soluble dans la portion liquide de la plante, y compris les vitamines, les enzymes et les hormones.

Le tableau 3 ci-dessous, montre que les cultures traitées avaient des concentrations en °B plus élevées que sur les témoins non traités. Ces résultats sont une bonne confirmation des lectures matière sèche dans le tableau 2

Tableau 3 Ferme de County Line, essais hiver 2012

Tableau 3 Ferme de County Line, essais hiver 2012

Moyenne pour les 6 espèces : +35.12

Comme avec la teneur en matière sèche, l’augmentation du °B indique une saveur améliorée, une meilleure conservation et une plus grande densité nutritionnelle.

Le tableau 4 montre que la réduction des dommages importants d’insectes était évidente dans les parcelles traitées.

Tableau 4 Ferme de County Line, essais hiver 2012

Dégâts d'insectes réduction en % par rapport au témoin

Cultures plantées
2 applications
% De réduction
3 applications
% De réduction
Betteraves
0,0
100,0
Carottes
33,3
33,3
Chou-fleur
15,0
45,0
Fenouil
-
-
Épinards
-
-
Bette à carde
33,3
33,3
Moyenne pour les 4 espèces
20,4
52,9

Tableau 5 Ferme de County Line, essais hiver 2012

Tableau 5 Ferme de County Line, essais hiver 2012

Il y n'avait aucun dégât d'insectes mesurable dans les cultures de fenouil ou des épinards.

Les résultats montrent clairement, dans chaque catégorie, une amélioration notable du rendement, du taux de matières sèches, du °B et la réduction de dégâts dûs aux insectes. Les résultats s’améliorant avec le nombre d’applications.

Le tableau 5, indique que la teneur en protéines augmente lorsque les plants sont traités avec la Sea-Crop/Immutines

L'augmentation moyenne du taux de protéines pour les 6 espèces était de 19,73 %.
Dans un monde affamé de protéines, ce sont des augmentations très importantes.

Tableau 6 Ferme de County Line, essais hiver 2012

Tableau 6 Ferme de County Line, essais hiver 2012

Tous ces résultats montrent que Sea-Crop/Immutines donne des résultats au moins égaux et souvent supérieurs à ceux obtenus par le Dr Murray. Cela montre que les principes bioactifs bénéfiques contenus dans l'eau de mer peuvent être grandement concentrés pour un transport plus économique et une plus grande facilité d'application.

Dans de nombreux cas, l'azote et d’autres intrants agricoles peuvent être réduits tout en maintenant les mêmes niveaux, voir en augmentant la production des cultures.

Suivant la nature du sol et de la culture, il peut être possible de réduire les apports d'engrais chimiques, tels que l'azote, ce qui permet de réaliser des économies importantes et d’améliorer notablement la microflore du sol.

Une étude de cas d’une production de maïs éclaté dans l’Indiana par John Kempf de ”Advancing Eco-Agriculture” montre ceci :

Tableau 7

Année
Azote
par acre
% de réduction
Rendement moyen de l’état
Rendement de la ferme
différence en %
1
71 kg
0
816 kg
1134 kg
39
2
52,6 kg
26,5
1315 kg
1814 kg
38
3
50,2 kg
30
1361 kg
2 268 kg
67

Ferme de County Line, essais hiver 2012

La photo 1 montre une comparaison entre les carottes plantées dans le même domaine, le même jour. Les carottes sur la droite ont reçu 3 applications de Sea-Crop/Immutines ; un arrosage du sol au semis suivie de 2 applications foliaires.

Photo 1 : carottes 17 semaines après la plantation

Photo 1 : carottes 17 semaines après la plantation

Détails de l’essai :

  • Date du semis : 19/10/2011
  • Mouillage du sol : 20/10/2011, dosage de 19 litres de Sea-Crop/Immutines par hectare dilué dans l’eau à 5 % d’incorporation avec 19 litres de mélasse par hectare à 5 % également.
  • Apparition : 26/10/2011
  • 1ère application foliaire : 16/11/2011, dosage de 9,5 litres Sea-Crop/Immutines par hectare dilué dans l’eau à 2 %.
  • 2ème application foliaire : 07/12/2011, dosage de 9,5 litres idem application n°1
  • Date de récolte -13/02/2012, Durée de cycle : 118 jours

  • % d’augmentation de rendement commercialisable : 41,57 %
  • Augmentation du taux de sucre en °B (réfractomètre) : 30 %
  • % de diminution des dommages dus aux insectes : 33 %

Résultats analytiques :

La photo 2 compare des épinards ayant reçu 2 applications avec le témoin

La photo 2 compare des épinards ayant reçu 2 applications avec le témoin

Photographie 3 : jeunes pousses d’épinards, résultats mars 2012 @ 57 jours

Photographie 3 : jeunes pousses d’épinards, résultats mars 2012 @ 57 jours

La photo 3, ci-dessous, compare le témoin non traité aux épinards ayant reçu trois applications de Sea-Crop/Immutines

Tableau 8 : Epinards en % par rapport au témoin

Catégorie
2 applications de Sea-Crop/Immutines
3 applications de Sea-Crop/Immutines
Brix (sucre) (moyenne de 4 parcelles)
+ 28,6 %
+ 23,8 %
Poids frais (vert) 35 plants représentatifs de chaque catégorie
+ 43 %
+ 70.1 %
Augmentation du taux de matière sèche
+ 11,8 %
+ 5,9 %


Photographie 4 : Comparatif de plants de Romarin obtenu chez Cal-Agri à Eugene, Oregon.

Photographie 4 : Comparatif de plants de Romarin obtenu chez Cal-Agri à Eugene, Oregon.

Des jeunes pousses de Romarin (Salem) ont été repiquées dans des pots de 1 gallons (3.78 litres) et traités avec la Sea-Crop/Immutines à raison de 3 gallons / acre (45.89l/ha). Du tourteau de coton a été utilisé sur les deux lots traités et non traités comme un engrais organique. Après 30 jours, les plantes ont été déterrées, les racines lavées et toute la plante desséchée afin que les poids de matière sèche puissent être comparés. Tableau 9, le gain en pourcentage des lots traités avec Sea-Crop/Immutines.

Tableau 9

Date de début
Durée
Réplications
19/07/07
45 jours
6


Augmentation de la matière sèche des plantes traitées avec
Sea-Crop/Immutines

Racines
plante
Total
23.14 %
15,29 %
17.24 %